Blog de nouvelles associé au site personnel:
L'arbracigogne

27 juin 2012

Des bleus pour du blanc

Ne craignez pas que je vienne de me transformer en supporter d'une équipe de football!! Non les bleus en question sont bien proches de notre passion, le textile puisqu'il s'agit des bleus pour l'azurage du linge.

Comme souvent, à l’origine de cette petite recherche que je souhaite partager avec vous, il y a une toute petite trouvaille de brocante.
Là, c'est ce petit chromo avec deux enfants et si je l'ai acheté c'est à cause de son verso qui était consacré à une industrie de la ville jurassienne de Dole (dans laquelle nous avons des attaches familiales).


La société Balois commercialisait donc des "boules" de bleu. A l'époque où l'on faisait la lessive à la main, c'était un produit à dissoudre dans l'eau de rinçage. Une très légère "teinture" du coton avec ce produit permettait une meilleure réflexion de la lumière et donc de paraître plus blanc.
D'ailleurs , encore aujourd'hui les lessives contiennent des azurants.

Sur la reproduction du verso, on peut voir un tampon indiquant que la société Balois  a été reprise par E.Guimet.
Emile Guimet a succédé à son père à partir de 1860 et jusqu'en 1900. Vous pourrez lire toute l'histoire de sa famille en cliquant sur cette page.
 Voici une autre image , cette fois une étiquette de boite avec les noms Balois/Guimet. Elle est particulièrement belle et de grande taille (10 x 16cm);

 Ne manquez pas, si vous avez l'occasion d'une visite parisienne d'aller au musée Guimet, car l'industriel a fait profiter le public de ses voyages (principalement en Orient) . Toutes les infos ici.

Ce que j'aime par-dessus tout, c'est, à partir d'une toute petite chose, d'essayer d'en savoir un peu plus.
Voila que mes recherches sur l'industrie à Dole, me donne cette adresse : Inventaire du patrimoine culturel.
Donc, en plus de Balois/Guimet, on trouve une autre entreprise : Chevalier. Et, par chance, de vieux papiers sont en ligne:
 1918 est la date de cette facture et le nom complet de l'entreprise : Tassinot et Chevalier.
J'ai trouvé et acheté une ancienne boite car ces fameuses "boules" m’intriguaient. A quoi ressemblaient-elles?
Surprise et émerveillement, la boite de "Bleu Helvetia" contenait non seulement de petites boules (approx 1,3cm) d'un bleu intense comme j'en avais rarement vu et aussi des"pastilles" de 3,5cm de diamètre, d'un bleu plus sombre.
 




 Pourquoi ces deux présentations? De quelle matière première sont tirés ces bleus? Bleu d'indigo, bleu d'outremer... ces questions restent pour moi sans réponses. Pas plus M.Google que les vieux livres de chimie ou les vieux livres d'enseignement du ménage que je possède n'avaient de réponse précise. Quelques infos sur cette page.
J'ai même demandé à des personnes  nées entre les deux guerres, mais si elles se souviennent bien de l'emploi de la lessiveuse et des blocs de bleu, je n'ai pas trouvé de détails plus conséquents.
Si vous en savez plus que moi, si vous avez des liens, n'hésitez pas à les mettre dans un commentaire.

Voici d'ailleurs le bleu en usage au milieu du XXème siècle.Ma brocante locale en avait encore un sachet caché entre deux vieux machins...

C'est cette société américaine qui a repris les activités du groupe Guimet.

Encore un vieux papier: une facture de 1918 aussi, pour la société C.A.Henry à Tournus. Cette fois, rien, aucune information ne semble disponible sur les archives industrielles de cette ville.Et pourtant, l'usine, au bord de la Saône semble importante.
 Pour terminer cet article, des images de la boite de bleu "Au Neptune". Encore deux présentations dans la même boite: de jolies boules bleu outremer et des pastilles, cette fois en forme de fer à repasser.



 Leur prix indiqué, de 5 centimes, semble montrer qu'elles devaient se vendre à l'unité.
Je ne peux pas résister, en conclusion, de vous reproduire la publicité de la maison Henry. De la "réclame" comme on n'en fait plus....










9 commentaires:

Anne a dit…

Très intéressant. La soeur de mon mari est l'épouse d'un fils Hudry qui avaient le grand magasin de vêtements et linge de maison à Dôle. restée dans cette région,excellente maîtresse de maison et bien plus agée que mon époux, elle a peut-être la réponse à tes questions. Je lui demanderai à la prochaine occasion.
Je ne t'ai pas envoyé de courriel car je ne suis pas certaine d'avoir enregistré la bonne adresse...

ella a dit…

chouette article
merci

Béatrice a dit…

Bonjour,
merci de nous faire découvrir cet aspect de l'histoire du (lavage du) linge !
Béatrice.

echolatine.over-blog.com a dit…

super l'article .. on en apprend tous les jours ..
bonne journée a toi

Fabienne a dit…

très intéressant!! je ne suis pas de la génération où on a connu ces produits, donc merci pour cette page d'histoire !!

maty a dit…

Ce reportage est intéressant. J'ai connu ces fameuses petites boules bleues dans mon enfance. Entre 1955et 1960.Ma mère les utilisait alors qu'elle n'avait pas encore le lave linge. Les draps de coton ou de métis paraissaient plus blancs.
Parfois des dames aux cheveux blancs se faisaient un "rinçage" avec l'eau bleuie par ces boules, (biensur avec une très petite quantité), pour donner des reflets bleutés à leur chevelure.
Voilà ce que j'en sais.
maty

Anonyme a dit…

merci beaucoup pour cette histoire de boules bleues.J'ai bien aimé et aussi intrigué lorsque au hasard d'une brocante j'en voyais.Je savais que ça servait pour blanchir le linge,mais je ne connaissais pas l'histoire.Merci encore.Bonne fin de soirée.Annie

irene a dit…

Merci, maman les utilisait, il y a très longtemps
Nostalgie de ces temps, tout revient a la surface
Merci pour ce reportage
soleil

Sylbroderie a dit…

Post très documenté qui m'a appris bien des choses, je ne connaissait pas ces petites boules bleues....
Amitiés d'une native du Jura.