Blog de nouvelles associé au site personnel:
L'arbracigogne

07 juin 2012

Social : un retour en arrière...

 
Comme toutes celles qui sont intéressées par le textile, nous avons lu des biographies, des documentaires, des romans même sur l'exploitation des travailleuses à domicile par l'industrie textile dans les siècles passés.

Au XXIème siècle, on aurait pu penser que cela avait disparu ou que c'était en usage uniquement pour les pays en voie de développement . Les organismes de défense des droits de l'homme nous mettent en garde régulièrement sur ces produits vendus peu chers car mal payés à la fabrication.
 

Voila que je viens de lire cette annonce :

xxxx , société Alsacienne, fabricant de couches lavables et autres articles textiles d’hygiène, recrute des couturières à domicile, indépendantes , résidant dans le Haut-Rhin (région Colmar ou axe Colmar/Mulhouse).
Votre profil:
*Vous êtes à votre compte ou souhaitez entreprendre rapidement (statut d’autoentrepreneur par exemple)
*Forte motivation
*Disponibilité
*Diplôme non exigé mais expérience dans le domaine de la couture souhaitée.
*Vous possédez une machine à coudre + une surjeteuse.
Rémunération à la pièce à définir suivant les modèles (toutes les matières premières sont fournies).
Recherche urgente, travail régulier.
Merci de nous contacter par mail à xxxx@orange.fr en envoyant un CV + lettre de motivation.
Merci 

Donc , un vendeur français au lieu de créer une société, d'embaucher des salariés, se fait de l'argent en faisant travailler des personnes indépendantes qui doivent prendre en charge leur locaux , leurs outils de travail, leur maintenance, sans doute la livraison ...

Avec ce système, le "patron" n'a à débourser aucune protection sociale, n'a pas de syndicat gênant, bref, tout confort, c'est la couturière qui assume tout!
Tout cela sans un centime d'investissement de celui qui se dit "fabricant français" et récolte les sous parce qu'il a su gérer un site internet. Je précise que ces produits sont vendus plutôt chers!






2 commentaires:

Anne a dit…

Oui, je trouve cela assez scandaleux au premier abord...Mais si le niveau de rémunération est correct, si une couverture sociale est garantie, si cette rémunération ouvre des droits à la retraite...pourquoi pas, cela peut rendre d'énormes services à des femmes élevant seules des enfants et donc ayant des difficultés à avoir des horaires d'usine.

Beatrice a dit…

Bonjour,

dans la dernière image (le dessin noir et blanc), on dirait que la couturière est assise du mauvais côté de sa machine ... ;-)

Béatrice.